Description: 

CIMBENIN a développé au travers de la société CALCIM S.A, une unité d’extraction et de concassage de calcaire à partir de la mise en exploitation des gisements de calcaire dans le Mono. le site choisi pour cette compétition est situé à FONGBA dans le département de Mono, commune de Lokossa à 5 km de la ville en allant du côté nord.

Lokossa est une ville du sud-ouest du Bénin, chef-lieu de la commune du même nom et préfecture du département du Mono. Son nom signifie « sous l'iroko ». Elle comptait 77 065  habitants au recensement de 2002. (Rapport EIE FONGBA, AID, Avril 2011).

Le climat est de type subéquatorial à quatre saisons (deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches intercalées) plus ou moins marquées dans l’année. On distingue deux types de sols à savoir : les sols ferralitiques  et les sols hydromorphes. (Rapport EIE FONGBA, AID, Avril 2011).

La commune de Lokossa dispose d’un important complexe fluvio-lacustre dominé par le fleuve Mono dont la vallée constitue une vaste dépression à laquelle s’ajoute celle de Tchi pour isoler le secteur de Lokossa du reste des plateaux du Mono. (Rapport EIE FONGBA, AID, Avril 2011). La commune dispose de trois (03) fleuves et quatre sources (04) ; quarante-cinq (45) citernes et de puits aménagés, de pompes et de forages. (Monographie Lokossa, Afrique Conseil, Mars 2006).

L’économie de la commune est caractérisée par une diversité d’activités : production végétale et animale, artisanat, commerce, transport, industrie, services et dans une moindre mesure par la production halieutique, la chasse, l’exploitation forestière, la maintenance/réparation et le tourisme. (Rapport EIE FONGBA, AID, Avril 2011).

Description de l'habitat, de la faune et de la flore: 

Le climat de la commune de Lokossa est propice  à la polyculture  et à une végétation exubérante. La végétation aujourd’hui est fortement touchée par la pression démographique. Elle est dominée par des espèces herbacées. La forêt dense des siècles passés, a cédé à une végétation anthropique de palmiers, de fourrées arbustes dont l’iroko (Chlorophora excelsa), le Baobab (Adansonia digitata), le fromager (Ceiba pentadra) et de samba (Triplochyton scleroxylon). Des espèces d’alignement et de plantation d’acacia (Acacia auriculiformis), d’Eucalyptus et d’Eucalyptus torréfiant et de teck (Tectona grandis), de fraké (Terminalia superba), de palmier à huile (Elaeis guineensis) et Neem (Azadirachta indica). (Rapport EIE FONGBA, AID, Avril 2011).

Les produits cultivés dans l’ensemble de la commune sont le maïs, le niébé, le manioc, l’arachide, la banane, la canne à sucre, la tomate, la patate douce, le riz, le piment, le gombo, les légumes feuilles qui assurent l’alimentation de la population de la commune. (Monographie Lokossa, Afrique Conseil, Mars 2006).

La disparition progressive des formations forestières a pour corollaire la rareté de la faune sauvage. On rencontre cependant quelques espèces comme l’aulacode, le lièvre à oreilles de lapin, le varan, le francolin, des serpents, des grenouilles et rare oiseaux d’eaux. Le guib arnauche, le guib d’eau, les céphalophes et les singes sont en voie d’extinction. (Monographie Lokossa, Afrique Conseil, Mars 2006).

L’élevage concerne les espèces telles que les volailles,… les ruminants (les ovins, les caprins), les bovins et les porcins. (Monographie Lokossa, Afrique Conseil, Mars 2006).

La pêche occupe bon nombre de personnes et s’exerce au niveau des lacs Doukon et Toho. (Monographie Lokossa, Afrique Conseil, Mars 2006).